tribune

Gilles Berhault
Délégué général de la Fondation des Transitions

Vers un nouveau « game play » territorial ?

La crise du Corona Virus nous interroge sur la notion même de territoire. Alors qu’en une centaine d’années, l’accès à la mobilité a permis un accès rapide et peu cher au monde entier, chacun se retrouve confronté à se recentrer sur son domicile. La vie à l’extérieur de la maison s’est développée permettant à chacun d’élargir son espace d’activité. Cette mobilité permanente a même pris beaucoup de temps dans la vie de chacun, souvent prêt à passer plus de deux heures par jour dans les transports. La connectivité a permis de créer une permanence d’activité tant personnelle que professionnelle. C’est un continuum qui s’est installé en rupture avec le mode ancien : domicile, travail, lieux de services et de loisirs.Cette envie de mobilité, jamais totalement satisfaite doit faire face à une revendication opposée qui vise à limiter depuis longtemps, mais sans succès, nos déplacements, pour des raisons écologiques et particulièrement du fait des dérèglements climatiques générés en grande partie par les transports.

 

Mais c’est un virus qui changera peut-être la donne ? Alors que le nombre de décès et les coûts directs sont faibles en regard des questions écologiques, l’urgence sanitaire a favorisé des décisions importantes tant de restriction de déplacement que de choix d’implication financière des États. Plus jamais on ne pourra considérer les territoires de la même façon, d’autant que le contexte de confinement dans le logement conforte les appels des associations de solidarité et de beaucoup d’acteurs des territoires et de l’économie (dont cinquante regroupés dans le collectif STOP Exclusion énergétique) à prioriser l’amélioration de l’habitat pour tous, y compris les précaires. Ce contexte particulier met en lumière l’intérêt de lancer un plan Marshall pour la rénovation énergétique des bâtiments, qui se justifie conjoncturellement par le fait qu’il faut penser à présent et pour l’avenir à à la nécessaire qualité sanitaire et écologique de l’habitat, et aussi au fait que notre logement devrait avoir aussi la capacité d’accueillir potentiellement une « salle de classe familiale » et/ou un lieu de télétravail. Il s’agit pouvoir s’isoler, mieux gérer les systèmes de température et de qualité de l’air, s’adapter à des changements de comportements…

Le confinement lié à la pandémie du Coronavirus met en lumière la nécessité qu’ont les pouvoirs publics à mieux anticiper et à prendre en charge - si nécessaire - à 100 % collectivement les travaux, en particulier chez nos concitoyens les plus défavorisés au nom de la solidarité nationale

 

A ces deux niveaux de territoire, la maison et l’espace de vie extérieur, s’ajoutent à présent deux autres niveaux : le monde numérique et le corps/esprit. Ces quatre dimensions sont en mutation pour des raisons différentes, nous avons à les mettre en convergence. Ce sont les deux derniers qui permettent de relier les deux premiers… 

 

Le 26 mai 2019, des jeunes qui n’ont pas connu le 20e siècle ont voté aux élections européennes. Nés après 2000, ils adoptent des méthodes d’échanges qui portent potentiellement un vrai changement de civilisation. Le monde de communications mondialisées qui est le nôtre s’était structuré autour de la télévision, de la radio et des journaux, ce n’est plus le cas pour les nouvelles générations. Beaucoup de ces jeunes n’ont plus aucun média commun avec leurs parents, leurs ainés. Fini le temps du JT regardé tous les soirs en commun. Ce renforcement de l’individuation ne veut pas dire que l’évolution conduira nécessairement au développement des égoïsmes. Ce peut même être totalement le contraire, tout est possible, d’une cohabitation difficile à une reconsidération de la façon de partager et d’habiter collectivement les différents niveaux de territoires.

 

Pour mieux comprendre ces évolutions en cours, nous avons à repenser les règles d’action, donner l’envie et le plaisir de « vivre autrement » des mutations qui pourraient sinon s’imposer à nous. C’est en cela que la Fondation des Transitions propose le terme anglais de « game play territorial », terme utilisé habituellement pour qualifier les jeux vidéo. Trouver ce qui crée de la dynamique et de l’envie, n’est pas accessoire. La question n’est plus seulement aujourd’hui ce qui fait société mais ce qui fait territoire.

 

Comment passer d’un territoire subi, à une véritable co-production d’un territoire mieux partagé, y compris dans une dimension intergénérationnelle. L’enjeu est celui de la capacité collective, du partage de la responsabilité et de l’action, orientée vers une nécessaire transition globale. La référence existe, c’est celle des 17 objectifs mondiaux de développement durable, et particulièrement le 17e celui qui incite à créer de nouvelles alliances territoriales, mais cela veut dire trouver ce « game play » qui harmonise les quatre niveaux. Il s’agit de rassembler ce qui est éparpillé.

POUR ALLER PLUS LOIN 

  • Le jeu Minecraft a été vendu à 150 000 millions d’exemplaires avec beaucoup plus de joueurs. Dès 8 ou 9 ans on peut créer un univers cohérent et vivant, construire des maisons et des villes… et même comprendre que lorsque l'on bâtit
    il faut des matériaux, que quand on coupe un arbre, il est important de replanter.

  • « Un autre monde est possible. Lost in transitions ? (Ed. de l’Aube 2018), livre collectif sous la direction de Gilles Berhault et Carine Dartiguepeyrou.

  • Article sur la Génération gaming sur https://www.les-transitions.org/

  • Voir aussi le centre de ressource du CEREMA, http://www.cerema.fr

  • Twitter
  • Noir LinkedIn Icône
  • Instagram

lire les autres tribunes

Noel Mamere.jpg

Noël Mamère

« Le mensonge de la surpopulation »

Corinne Lepage -photo DR.jpg

Corinne Lepage 

Qu’est-ce que la justice sanitaire ?

Francois-Tiberghien_President-de-Finanso

Frédéric Tiberghien

Quelle contribution de la finance solidaire à une Europe verte ? 

f55582beb44673e51b4a48c4eb6f285f-628x421

Philippe Zaouati

Le climat, cheval de Troie d’un nouveau capitalisme  ?

Barbara Romanowicz

Géophysique interne

​Inscrivez-vous pour ne pas manquer nos actus
  • Icône Twitter blanc
  • Blanc LinkedIn Icône
  • Icône Instagram blanc

© 2020 EUROCOM - L'Europe au vert