décryptage

L’économie circulaire,
les pistes d’enrichissement du modèle :
tour d’Europe

Le nombre d’organisations dédiées à l’économie circulaire, qu’elles soient nationales ou régionales, connaît une croissance exponentielle en Europe. Ce réseau naissant et hétéroclite est confronté au défi de démocratiser un concept qui questionne en profondeur nos façons de produire et de consommer. Les associations OREE et l’Institut National de l’Économie Circulaire (INEC) ont recensé ces organisations européennes dans une enquête inédite en France. Tour d’Europe des acteurs engagés pour une économie qui tourne plus rond.

15/09/2020

The Open Eyes Economy Summit, Cracovie, 2019​

© ORÉE

Economie circulaire en Europe

Des acteurs à l’unisson ?

 Par Nathalie Boyer 

L’économie circulaire s’inscrit pleinement dans la volonté générale de l’Union européenne de mettre en place un modèle de « croissance verte ». 

Pourtant, avant 2015, les politiques déclinant la stratégie de Lisbonne se sont focalisées sur la gestion des déchets. Depuis, de nombreuses directives et règlements ont vu le jour, permettant la construction d’un socle réglementaire solide, en faveur de l’économie circulaire. Les institutions européennes ont pris en compte le caractère systémique de l’économie circulaire, avec la publication en 2015 d’un paquet de mesures visant à en favoriser le développement au sein des pays européens. Ce paquet comprend à la fois des propositions de modifications de la législation relative aux déchets et un plan d’action constitué de 54 mesures pour transformer en profondeur les méthodes de production et de consommation, mais aussi mettre fin à l’économie linéaire « extraire – produire – consommer – jeter ». 

 

Une vision plus globale s’est alors répandue, avec l’ambition d’inclure l’ensemble des chaînes de valeurs et des acteurs économiques dans la transformation du modèle existant, via des changements profonds dans les modes de production et de consommation. Le paquet Économie circulaire a suscité de nouvelles mesures politiques, mises en place quelques mois plus tard. Concomitamment, de nombreux organismes (régionaux et nationaux) dédiés à l’économie circulaire ont vu le jour. 

 

Afin d’effectuer un recensement des organisations européennes travaillant sur ces sujets, l’Institut National de l’Économie circulaire et ORÉE ont mené une vaste enquête, lancée en mars 2019, dont l’objectif a été « d’identifier, d’une part, les structures européennes qui ont vocation à assurer la promotion de l’économie circulaire dans leur pays, et, d’autre part, de les caractériser autour de thèmes d’analyse prédéfinis », précise Caroline Louis, responsable de l’étude chez ORÉE. Plus largement, l’étude permet de comprendre la pluralité des approches de l’économie circulaire dans les pays et les dynamiques à l’œuvre à travers l’Europe.

 

Une approche multisectorielle

 

Signe de l’assimilation du concept, 33 stratégies en faveur de l’économie circulaire ont été adoptées dans des villes, régions et pays européens selon le rapport Stratégies et feuilles de routes pour l’économie circulaire en Europe publié par le CESE (Comité économique et social de l’Europe). Et l’on ne recense pas moins de 29 stratégies en cours d’élaboration. 

 

En complément, il faut noter l’accélération de la création des structures dédiées à l’économie circulaire à partir de 2013. Malgré des approches disparates du principe d’économie circulaire, avec des déclinaisons nationales s’adaptant au contexte local, une forme de consensus se dégage. Toutes les structures prônent une définition large de l’économie circulaire, qui transcende le sujet des déchets à la faveur d’une approche des ressources. Elles partagent également une même ambition : connecter les parties prenantes, accélérer la transition vers une économie circulaire et la rendre attractive.

 

Malgré une forte diversité des sujets traités par ces organisations, cinq thèmes sont apparus plus fréquemment lors des
entretiens : déchets et ressources, bâtiment, alimentation et gaspillage alimentaire, plastique et éducation. On peut noter la cohérence de ces préoccupations avec les stratégies pour une économie circulaire lancée localement et nationalement par les gouvernements européens. Le rapport recense la construction, la gestion des déchets et l’alimentation parmi les sujets les plus traités par ces réglementations – on les retrouve d’ailleurs dans plus de 25 stratégies mises en place. 

« Un plan d’action constitué de 54 mesures pour transformer
en profondeur les méthodes de production et de consommation,
mais aussi mettre fin à l’économie linéaire « extraire – produire – consommer – jeter ».

L’enquête en ligne menée dans un second temps a permis de préciser ces stratégies. Si certains réseaux se concentrent sur des secteurs d’activité spécifiques, la majorité aborde des thèmes multisectoriels. Il apparaît en effet que la tendance générale des organismes est à la multiplication des sujets, abordés de manière générale et non spécialisée. Quatre sujets transversaux sont également traités : la stratégie, le réemploi, l’innovation et l’écoconception. En parallèle, une autre tendance, consistant en une approche sociale de l’économie circulaire, commence à voir le jour en Europe. 

Entreprises et pouvoirs publics 

Pour atteindre leurs objectifs, les réseaux impliquent l’ensemble des acteurs de la société, tout en affirmant un intérêt particulier pour les entreprises et pouvoirs publics, sans qui la diffusion et la mise en œuvre de l’économie circulaire ne se conçoit pas. Pour cela, les structures ont recours à une grande diversité d’outils destinés à convaincre, éduquer, démontrer et accompagner.

 

De même, dans l’idée d’atteindre au mieux un large panel de publics, les organismes se consacrent à plusieurs missions parmi lesquelles la formation, l’éducation et la sensibilisation sont largement plébiscitées. Les outils employés sont également multiples et diversifiés, mais l’organisation d’ateliers et d’événements, ainsi que la diffusion de pratiques exemplaires, sont des moyens d’actions favorisés par les organismes : ils sont les mieux adaptés et adaptables à leurs objectifs de propagation des principes de l’économie circulaire pour en accélérer la mise en place. 

 

Objectif démocratisation

L’implication des structures contactées qui ont massivement répondu positivement à cette enquête est à souligner, signe de leur volonté de former un réseau européen. L’analyse tirée de cette consultation a mis en lumière les dynamiques qui se dégagent en Europe autour de l’économie circulaire : les organismes ont tendance à multiplier leurs champs et moyens d’actions, visant de cette manière un plus large public. 

Cette étude témoigne aussi du fort engouement pour le sujet, porté et déployé par les structures, et soutenu par les politiques et la société civile. En plein développement, les initiatives lancées seront à suivre dans les mois et années à venir, d’autant plus que les organismes ne manquent pas d’imagination pour rendre l’économie circulaire accessible au plus grand nombre : il est aujourd’hui possible en Europe de s’informer grâce à des podcasts, en visitant une exposition, ou encore en participant à des camps d’été autour de la thématique de l’économie circulaire.

Nathalie Boyer

Déléguée générale d’ORÉE et chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur. 

Elle a été nommée ambassadrice de l’Économie circulaire par le ministère de
la Transition écologique et solidaire dans le cadre de la Feuille de route économie circulaire (FREC).

Ingénieur agronome, elle élabore et pilote, tant techniquement que financièrement, des projets à destination de ministères, entreprises et autres institutions. 

  • Twitter
  • Noir LinkedIn Icône
  • Instagram

lire les autres articles

business-3473394_960_720.jpg

Finance verte

The Green Bond au secours de la transition.

photo-1503751071777-d2918b21bbd9.jpeg

Coopération spatiale

Préserver et transmettre la mémoire de 50 ans de coopération spatiale en Europe.

GEG_performanceenvironnementale_environn

L'Indice de Performance Environnementale

Recalibré en fonction de l’accélération de l’urgence climatique, pourra t’il s’adapter et devenir contraignant ? 

​Inscrivez-vous pour ne pas manquer nos actus
  • Icône Twitter blanc
  • Blanc LinkedIn Icône
  • Icône Instagram blanc

© 2020 EUROCOM - L'Europe au vert